Comment bien exposer vos photos de la faune ?

Comme vous le savez déjà probablement, une juste exposition est induite par les choix d’une bonne vitesse d’obturation, du bon ISO et bien sûr de la juste ouverture.

Votre photo aura beau être la mieux composée du monde et votre sujet le plus extraordinaire, une photo mal exposée pourrait bien rendre votre photo médiocre.

Évidemment un passage en postproduction est toujours envisageable, mais rien ne remplacera une juste exposition lors de la prise de vue.

Si nos appareils photo numériques sont relativement justes en plein jour pour une exposition en mode automatique, dès que les conditions lumineuses sont un peu plus compliquées, le mode automatique risque de gâcher votre photo avant même que vous n’ayez eu le temps de voir votre sujet s’envoler.

 

En général si vous laissez faire votre appareil photo, les scènes composées principalement de couleurs relativement pâles et pas très contrastées ressortiront sous-exposées. Exemple : un ours polaire dans la neige.

À l’inverse les scènes avec des couleurs relativement foncées ressortiront surexposées, car votre appareil aura tendance à vouloir exposer ces couleurs qu’il considère comme trop sombres.

 

Les animaux qui comportent (par exemple) un fort contraste dans leur plumage comme les pies auront leurs blancs surexposés, car votre appareil aura tenté de bien exposer les noirs de votre animal.

 

Vous l’aurez compris lorsque vous faites de la photographie animalière en milieu naturel, il sera important d’ajuster vos paramètres par défaut afin de choisir le meilleur paramètre d’exposition de votre appareil photo en fonction de ce que vous avez en face de vous.

Voici les différents paramètres par défaut que vous retrouverez sur votre boîtier. Ils sont au nombre de 3 :

 

Le mode « matrice » ou « multi-segment »

 

Dans ce mode, votre appareil photo prendra en compte tous les éléments présents dans votre cadre afin de créer une moyenne et de choisir l’exposition qui semble la plus juste pour obtenir une exposition correcte.

Si vous avez beaucoup de couleurs sombres dans votre image et une petite partie claire, votre appareil aura tendance à surexposer l’ensemble et donc vos blancs seront cramés.

La moitié du temps où vous aurez des photos mal exposées lorsqu’il y aura un minimum de contraste dans votre sujet.

Le mode de mesures spots

 

Dans ce cas l’appareil photo se concentrera principalement sur la zone présente au niveau de l’endroit où vous ferez votre mise au point dans l’image (en général au centre).

Si vous visez l’animal qui a un poil sombre, mais que l’ensemble du décor qui vient sur le côté à des couleurs claires, votre boîtier choisira une exposition correcte par rapport à l’animal présent. Il risquera donc de surexposer le reste de l’image.

 

Mesure pondérée centrale

Dans ce mode, on a en quelque sorte un mix des deux premiers. Votre boîtier va avoir tendance à créer une exposition juste par rapport à l’ensemble de votre image, mais va toutefois se concentrer un maximum sur ce qui est présent au centre.

Cela peut être un juste milieu entre les deux premiers modes. Il permettra de bien exposer votre sujet au centre de l’image sans oublier malgré tout le reste de votre composition.

 

Quelques autres options pourraient bien vous être utiles sur votre boitier :

 

La compensation d’exposition

Si vous estimez que votre boîtier ne produit pas les bons résultats en termes d’exposition. Soit il surexpose votre image la plupart du temps, soit il la sous-expose. Dans ce cas, utilisez le réglage manuel de compensation EV.

Grâce à celui-ci vous pourriez demander à votre boîtier de volontairement surexposer ou sous-exposer légèrement votre image afin d’avoir un rendu plus juste (ou en tout cas, celui que vous souhaitez dans votre image).

 

Vous pourriez aussi décider de sous-exposer légèrement votre photo en sachant que votre boîtier réagit mieux dans ce mode avant un passage en postproduction (ça se fait souvent) où vous récupéreriez les informations dans les zones plus sombres.

En effet en général, en sous-exposant légèrement votre image vous prenez moins de risque quant à la disparition de certains éléments dans les tons clairs. Il est plus facile de récupérer des informations dans les basses-lumières que dans les ciels par exemple.

 

Imaginons : vous prenez la photo d’une fenêtre depuis l’intérieur de votre appartement.

  • Soit l’intérieur sera sous-exposé et l’extérieur correctement exposé,
  • Soit ce qui vient derrière la fenêtre sera surexposé et l’intérieur correctement exposé.

 

Il est préférable de bien exposer ce qui arriverait derrière la fenêtre, quitte à sous-exposer l’intérieur pour récupérer les informations par la suite en postproduction.

 

Bracketing

Le mode bracketing sur votre appareil photo vous permettra de prendre trois photos distinctes avec une exposition différente. Celle que le boîtier estimera comme juste, une légèrement surexposée et troisième légèrement sous-exposée, vous permettant de choisir par la suite celle qui vous convient le mieux.

Pour cela il faudra que votre sujet ne soit pas en mouvement puisque votre boîtier prend trois photos. Votre sujet ne devra pas bouger entre ces trois prises de vue au risque d’avoir un autre sujet flou sur la photo qui se trouve à être le mieux exposée justement.

 

Vérificateur d’exposition correcte (histogramme)

Afin d’être parfaitement sûre de l’exposition présente dans votre photo (car regarder sur l’écran LCD n’est pas toujours très parlant), préférez observer l’histogramme qui vous donnera des indications sur l’exposition des différentes tendances colorimétriques présentes dans votre image.

Si vous voyez que votre histogramme est écrasé vers la gauche, c’est que votre photo et en général sous-exposée à l’inverse, si celui-ci est écrasé vers la droite cela signifie que l’ensemble de votre photo est surexposé.

Restez tout de même attentif puisqu’il qu’il est absolument normal dans certains cas que votre photo soit surexposée ou sous-exposée.

Imaginez prendre une photo de nuit, votre photo sera dans l’ensemble sous-exposée, c’est normal.

 

Indicateur de surexposition

Grâce à celui-ci, vous verrez apparaître un clignotement sur votre image dans les parties qui seront massivement surexposées et où l’information aura complètement disparu.

Les informations présentes dans ces zones ne seront plus récupérables en postproduction et comme dit précédemment il vaut mieux légèrement sous-exposer vos zones plus sombres afin de correctement exposer ces zones-là.

 

Retenez donc qu’une mauvaise exposition on peut ruiner vos prises de vue uniques de la faune.

Des sujets rares qu’il est préférable de ne pas manquer au moment de la prise de vue. Assurez-vous d’obtenir une exposition correcte à chaque fois, mais si vous devez faire un choix, décidez de sous-exposer légèrement votre photo.

 

Si vous allez trop loin en sous-exposition, ce n’est pas bon non plus, car vous risquez de voir du bruit apparaître lors de la correction de l’exposition. Et si vous surexposez votre photo, certaines informations risqueront de disparaître à tout jamais.

Vous souhaitez vous perfectionner davantage en photographie ? Découvrez mon livre « Se libérer de la technique en photographie », disponible sur Amazon > Cliquez ici !

 

Sachez par ailleurs que j’ai décidé il y a peu de créer une chaîne sur laquelle j’explique en détails et chaque semaine, comment obtenir un beau rendu dans un style de photo différent à chaque fois!

Vous pouvez cliquer sur le lien juste en dessous afin de voir la vidéo que j’ai concoctée rien que pour vous!

A très vite pour de nouvelles aventures!

admin8650

About admin8650