Ne vous inquiétez pas, à la question « Quel budget prévoir pour mon album photo de mariage? », vous trouverez des réponses un peu plus loin dans cet article.

Cependant, il me semble primordial de revenir sur certaines bases avant de pouvoir répondre amplement à cette question.

 

Quels sont les différents formats de partage/d’impression possibles pour mes photos de mariage?

Revenons un instant très simplement sur les différents formats photographique qu’il est possible d’acquérir. Dans un deuxième temps, nous reviendrons en détail sur chacun d’entre eux.

  • Le format numérique (USB, plateforme de téléchargement en ligne,…).
  • Les formats d’impression sur matières/matériaux spéciaux (Toile, Plexiglas, Alu,…). 
  • Les formats d’impression papiers et albums.

      

Le format numérique

Il me semble avant toute autre chose, important de parler d’un format que la majorité des photographes (peut-être à tort) vous livrent sans même vous demander un centime à la fin d’une prestation de prise de vue.

Ce format vous le connaissez bien, il est impossible d’y faire abstraction à l’heure actuelle. Il fait partie intégrante de nos vies… il s’agit du format numérique dans lequel vous retrouvez vos photos.

En réalité, lorsque vous faites appel à un photographe professionnel (que ce soit pour votre mariage ou autre), celui-ci établit ces tarifs (a priori) en fonction de ses charges fixes/charges variables ainsi que sur le nombre d’heures réelles qu’il consacre à chacun de ses clients (du premier appel à la remise de l’album ou de l’écrin contenant les photos retouchées au format numérique) enfin… Un peu comme n’importe quel entrepreneur en fait!

Jusque là, j’espère que vous me suivez toujours!

Rares sont  les photographes qui vous diront après une séance photographique « Voilà, la séance est finie, il vous reste maintenant à acheter vos photos au format numérique ou papier. Chaque photo vous reviendra à … € l’unité. » S’il est en effet très courant de payer un supplément pour chaque photo imprimée sur papier photo professionnel, il est plus rare que le photographe vous fasse payer chacunes des photos au format numérique.

Pourquoi? Et bien je pense pouvoir dire (sans assurance) que ce phénomène est tout simplement dû au fait que lorsque nous payons pour un format papier, nous avons quelque chose de matériel, de palpable entre les mains alors que le format numérique est pour ainsi dire « volatile ».

Je pense pour ma part que comme le disait Roland Barthes « La photographie véhicule deux principales qualités : premièrement, sa dimension iconique, c’est à dire tout ce qui relève de la problématique de la ressemblance avec le sujet photographié, et deuxièmement sa valeur indiciaire qui permet de donner à la photo sa valeur de mémoire. »

Je pense que trop souvent on oublie cette seconde valeur de la photographie énoncée. Il est aujourd’hui dans les mœurs de livrer gratuitement le format numérique de l’intégralité des photos prises durant une séance comme si celles-ci n’avaient en réalité aucune valeur. Pourtant nous nous accorderons sur le fait que pour beaucoup, les clichés (et plus particulièrement ce qu’ils représentent) ont une valeur inestimable à nos yeux! Non?

Je pense qu’il est de notre devoir (à nous, photographes) de défendre la valeur des photos au delà de leur simple statut d’image. Il est important de faire prendre conscience à nos clients que le format numérique qu’on leur livre, c’est un vrai cadeau!

Pour conclure sur le format numérique (trop souvent négligé), il est avant toute chose, un format de partage. Il nous permet facilement de transporter et faire découvrir notre album, sans nécessairement caler celui-ci sous notre bras partout où on va.

 

Les formats d’impression sur matières/matériaux spéciaux

C’est probablement les formats sur lesquels je m’étalerai le moins aujourd’hui. Non parce qu’ils sont moins importants (loin de là), car un beau plexiglas sur lequel est imprimé une magnifique photo de vos enfants se transforme en oeuvre d’art lorsque vous l’affichez au mur du salon, il n’en fait aucun doute.

Cela étant, ce sont les formats que personnellement, j’utilise le moins jusqu’à présent. Ce sont des formats relativement particuliers, il en existe tellement qu’il est difficile de revenir sur chacun d’entre eux en particulier. Ne proposant pas de tels impressions dans mes options de service, je préfère laisser la main à d’autres personnes plus qualifiées pour vous les présenter.

Une chose est cependant certaine, comme pour tous les formats d’impression, il existe de nombreux tarifs et surtout, de nombreuses qualités différentes! Tout dépendra de la durabilité que vous espérez dans le temps! Si vous commandez vos toiles sur un site qui vous promet de recevoir votre impression le lendemain à moindre prix, n’espérez pas que dans 3 générations, celle-ci ressemble encore à ce qu’elle a pu être.

Un grand sage m’a un jour enseigné que dans toute prestation, il existe 3 valeurs principales : good, fast & cheap. Soit : de bonne qualité, avec rapidité & à moindre coup. Vous pourrez facilement trouver 2 de ces valeurs réunies lorsque vous ferez appel à quelqu’un mais en aucun cas, vous ne pourrez compter sur la troisième valeur. Si c’est de bonne qualité et rapide, ce sera automatiquement cher… Si c’est rapide et pas cher, ce sera systématiquement de mauvaise qualité… à vous de choisir les valeurs qui vous tiennent à cœur.

Nous reviendrons en détail sur cette dernière question dans le prochain chapitre, cela me permet d’amorcer une réponse à la question que vous êtes venu chercher ici!

 

Les formats d’impression papiers et albums

Je commencerai ce chapitre en répondant (encore) à une autre question que celle énoncée dans le titre. Je vous promets que nous finirons par répondre précisément à votre question. Il est important d’amorcer chaque réponse et de savoir en quoi elle est celle qui nous convient ou non.

La question est « Devrais-je investir dans un album photo de mariage? » Car en effet, avant même de se demander combien nous sommes prêt à donner, il va de soi qu’il faut d’abord se demander SI on veut investir! *Cette question est toute aussi légitime pour les impressions physiques au format papier.

A cette question je vous répondrai personnellement, en tant que professionnel de la photographie. Je ne prétends pas détenir LA réponse et je sais que chacun d’entre nous a ses priorités dans la vie. Il est évident que la réponse sera différente pour une personne sensible à la photographie et une autre qui jusqu’à il y a deux jours, hésitait entre la présence d’un magicien ou d’un photographe à son mariage.

Dans le chapitre s’intéressant au format numérique, je tentais de vous convaincre que ce dernier était un format de partage. En réalité, j’irai même plus loin dans ce paragraphe en vous disant qu’il est uniquement un format de partage et non un format final suite d’une prestation photographique.

Pourquoi? La technologie évoluant si vite de nos jours, qui sait durant combien de temps encore nos ordinateurs liront nos clés USB? Dans combien de temps le système binaire lui-même (utilisé par tous les ordinateurs) sera t-il obsolète? Souhaitons nous réellement prendre le risque que dans 50 ans, les seules images du plus beau jour de votre vie résident sur une clé USB illisible?

Pensez-vous réellement que vos arrières petits-enfants trouveront dans une vieille boite poussiéreuse au fond du grenier, une clé USB ou un lien Wetransfer? Donnerez-vous à vos enfants, en espérant qu’ils donnent eux-mêmes à leurs enfants, votre album de mariages au format numérique?

Chacun à le droit de voir la chose différemment et certaines personnes (comme je l’ai dis plus haut), se foutent de faire profiter les générations futures de leurs photos de mariage. Pour eux, ce qui importe peut-être, c’est d’avoir l’occasion de se remémorer ce jour si particulier jusqu’à leur mort… Et cette réponse n’est pas moins bonne! S’ils font leur choix en connaissance de cause alors c’est parfait!

Pour ma part, vous l’aurez compris, il est primordial que vos photos aient une valeur de mémoire et soient transmises de génération en génération. Donc à la question « Devrais-je investir dans un album photo de mariage? » en mon âme et conscience, je réponds, oui. (Parce que vous me demandez mon avis évidemment!)

Je pense qu’il est maintenant temps de répondre à la question tant attendue.

 

Quel budget dois-je prévoir pour mon album photo de mariage?

Si vous avez survolé les paragraphes précédents sans les lire pour arriver directement jusqu’à ce chapitre, j’ai bien peur de vous décevoir car les éléments de réponse que je vais donner ici ne sont que les incidences des différents choix que j’aurai pris le temps de décrire plus haut.

Cela étant dit, comme vous avez pu comprendre que la qualité et la longévité dans le temps sont pour moi des éléments essentiels de la création d’un album, je ne reviendrai pas sur les albums que l’on peut facilement et rapidement commander sur des sites « bons marchés » qui utilisent des matières premières de mauvaise qualité et qui impriment une quantité impressionnante d’albums/de tirages en un temps record.

Une fois de plus je préfère parler en connaissance de cause et vous présenterai ici ma manière de travailler. les prix découlent des choix que j’ai fait en rapport avec la prestation que j’ai envie de proposer à mes mariés. Tout est relatif, vous pourrez toujours trouver beaucoup moins cher comme beaucoup plus! Mais au moins cela vous permettra d’avoir un élément de comparaison. Chaque photographe travaille de manière différente et avec des matériaux différents. Je vous expose ici la mienne.

Parce que je privilégie le savoir faire et l’artisanat local, je travaille en collaboration avec un relieur belge de Redû. Sa famille travaille dans la reliure depuis 3 générations, c’est donc une affaire qui remonte, sa réputation n’est plus à faire! J’en profite pour vous glisser le lien de son site : http://www.reliure-redu.com/ 

J’ai rencontré Roland (le relieur) et ensemble nous avons décidé de laisser plusieurs choix (mais pas trop) aux futurs mariés : Soit, un album en lin naturel ou un album en cuir naturel. Dans les 2 cas, l’album est au format carré 33cm x 33cm (ça, c’est moi qui l’impose car c’est le format avec lequel je me sens le plus à l’aise).

Je pense en effet qu’en travaillant dans des conditions qui nous sont propres et qui nous ressemblent le plus, en restant comme nous sommes face à nos clients, nous serons plus a même d’offrir la meilleure expérience possible à ceux-ci. (un peu hors sujet mais beau débat quand même! Peut-être dans un prochain article?)

Quoiqu’il en soit, après avoir choisi la matière qui recouvrira votre album, vous pourrez décider d’ajouter ou non un cliché personnalisé qui sera gravé en relief dans la couverture. graver vos noms en lettres « simples » n’implique pas de supplément. Chaque album sera composé de 25 feuilles (50 pages).

Il est possible d’ajouter à chaque album un coffret fermé rigide recouvert lui-même de lin ou de cuir et qui protège l’ensemble.

Par la suite, les mariés ont l’occasion de choisir 100 clichés qui seront imprimés dans la meilleure qualité. Pour ma part, je travaille avec le site : https://negatifplus.com/

J’insiste sur le fait que les impressions sont de grande qualité, avec un rendu colorimétrique correspondant à celui que le photographe aura voulu laisser paraître. Il est inutile de faire des comparaisons lorsqu’il n’y a pas lieu d’être.

Comme vous l’aurez peut-être compris, je crée la mise en page de mon album à la main (pas sur un logiciel pour ensuite commander l’album sur un site professionnel). Je préfère travailler à l’ancienne, certains adhèrent, d’autres préfèrent les mises en page directement faites à la reliure de l’album. Une fois de plus je suis plus à l’aise avec cette technique et elle représente mieux ma manière de travailler. La plus grande partie du temps j’aime travailler avec une photo en grand format qui répond à 3 petites sur la page qui suit.

Je vais maintenant vous énoncer les prix que je pratique, n’oubliez pas qu’il est inutile de comparer deux manières de travailler différentes.

  • Pour un album en lin naturel (sans cliché sur la couverture, ni dorure, ni coffret) + 100 impressions papiers : 310 € 
  • Pour un album en lin naturel avec cliché et dorure (sans coffret) + 100 impressions papier : entre 480 € et 560 € 
  • Pour un album en lin naturel avec cliché, dorure et coffret rigide + 100 impressions papiers : entre 600€ et 680 € 
  • Pour un album en cuir (sans cliché sur la couverture, ni dorure, ni coffret) + 100 impressions papiers : 380 € 
  • Pour un album en cuir avec cliché et dorure (sans coffret) + 100 impressions papiers : entre 550 € et 630 €
  • Pour un album en cuir avec cliché, dorure et coffret rigide + 100 impressions papiers : entre 670 € et 750 €

Comprenez bien qu’il est ici question de pièce unique à chaque fois. Chaque album est personnalisé, vous n’aurez jamais le même que votre voisin. D’après moi, c’est aussi par ce genres de détails que passe une prestation unique. J’aime l’idée de proposer à mes mariés un objet de collection en leur présentant leur album de mariage. Je décide de promouvoir l’artisanat et la qualité et j’espère vous avoir convaincu (ne serait-ce qu’un peu) à faire de même à travers ces quelques lignes.

Si je devais vous dire une dernière chose et si vous deviez n’en retenir qu’une après la lecture de cet article, je vous dirais ceci : « Lorsque vous hésiterez à mettre un certain budget dans la présence d’un photographe le jour de votre mariage ou dans la commande d’un album à la suite de celui-ci, demandez-vous ce qu’il vous restera en dehors des photos et des souvenirs à la suite de cette journée mémorable… ».

Ceci est mon premier article, j’espère qu’il vous a plu de le lire autant qu’il m’aura plu de l’écrire. En espérant vous en proposer bien d’autres à l’avenir!

admin8650

About admin8650

One Comment

Leave a Reply